carte geo

14 mars, 2013

carte geo Tunisian_Republic_location_map_Topographic

Geographie

14 mars, 2013

Situé à 355 kilomètres de la capitale, le gouvernorat de Gafsa se situe au sud-ouest de la Tunisie entre les hautes steppes et le Sahara. Il est entouré de cinq gouvernorats : le gouvernorat de Kébili, au sud, de Tozeur, au sud-est, de Gabès, au sud-ouest, de Sidi Bouzid, au nord-est, et de Kasserine au nord-ouest. Se situant au centre de trois régions économiques, Gafsa est un trait d’union entre les différentes régions du pays.

La typologie régionale est constituée de montagnes, de bassins et de plaines. C’est une zone de transition entre la steppe et le désert où les points d’eau et les oueds ont une grande importance dans l’architecture et le pâturage.

Administrativement, le gouvernorat est découpé en onze délégations, huit municipalités, neuf conseils ruraux et 76 imadas.

Délégation Population en 2004
(habitants)
Belkhir 15 159
El Guettar 19 942
El Ksar 32 186
Gafsa Nord 9 407
Gafsa Sud 90 742
Mdhila 14 841
Métlaoui 38 938
Moularès 31 733
Redeyef 27 940
Sened 34 524
Sidi Aïch 8 297
Sources : Institut national de la statistique2
Gafsa
TN-06.svg
Administration
Pays Drapeau de Tunisie Tunisie
Date de création 1956
Délégations Belkhir
El Guettar
El Ksar
Gafsa Nord
Gafsa Sud
Mdhila
Métlaoui
Moularès
Redeyef
Sened
Sidi Aïch
Gouverneur Brahim Hamdaoui (2012)
Économie
Activités économiques agriculture et industrie minière
Démographie
Population 341 600 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Superficie 8 990 km2

 

Economie

14 mars, 2013

Le gouvernorat est considéré comme une région essentiellement minière. Le phosphate est la principale richesse de la région qui compte 47 entreprises industrielles.

Le secteur agricole est basé essentiellement sur l’arboriculture. En effet, on compte 114 887 hectares d’arbres fruitiers : olives, amandes et pistaches, 10 746 hectares de culture irriguée et un cheptel de l’ordre de 400 000 têtes ovines, bovins, caprins et camelins.

Si la région de Gafsa est un bassin minier riche en phosphates, la population locale ne bénéficie pas pour autant de la manne qui, d’après divers commentateurs, profite essentiellement aux proches du pouvoir3. Région minière mais aussi rurale, les conditions d’exploitation agricole y sont difficiles à cause de l’aridité. La réalité socio-économique y est donc assez éloignée des territoires septentrionaux, plus proches du littoral, où une économie de services et de PME permet une croissance annuelle appréciable, témoignant de la grande disparité régionale du « miracle économique » tunisien4. Au début du XXIe siècle, dans ce bastion ouvrier qui, par le passé, s’est déjà montré rebelle5 vis-à-vis du pouvoir central6, le taux d’inoccupation est massif7, particulièrement parmi les jeunes dont le taux de chômage est endémique, les excluant du système de protection, faute d’emploi.

En janvier 2008, cette situation engendre les « grèves de Gafsa », des troubles sociaux qui rassemblent de larges pans de la population pendant plusieurs mois et sont durement réprimés. En juillet 2008, le président Ben Ali annonce une série d’investissements dans la région, à hauteur de 944 millions de dinars, censés générer 9 000 emplois permanents mais qui laisse les observateurs circonspects, particulièrement après la crise financière8. En effet, en février 2010, les leaders du mouvement de protestation constatent une situation inchangée et toujours « explosive »9, essentiellement du fait de la corruption de certains dirigeants locaux10. En juin 2010, les initiatives concrètes concernent l’installation de différentes unités de l’entreprise de câbles pour automobile Yazaki à Oum El Araies et Gafsa, créant 1 300 emplois11 ainsi que l’implantation d’une briqueterie à Mdhila4.

Par ailleurs, l’infrastructure touristique est appelée à se développer : des circuits touristiques seraient en projet.

Economie interface_05

Géographie

14 mars, 2013

Situé à 355 kilomètres de la capitale, le gouvernorat de Gafsa se situe au sud-ouest de la Tunisie entre les hautes steppes et le Sahara. Il est entouré de cinq gouvernorats : le gouvernorat de Kébili, au sud, de Tozeur, au sud-est, de Gabès, au sud-ouest, de Sidi Bouzid, au nord-est, et de Kasserine au nord-ouest. Se situant au centre de trois régions économiques, Gafsa est un trait d’union entre les différentes régions du pays.

La typologie régionale est constituée de montagnes, de bassins et de plaines. C’est une zone de transition entre la steppe et le désert où les points d’eau et les oueds ont une grande importance dans l’architecture et le pâturage.

Administrativement, le gouvernorat est découpé en onze délégations, huit municipalités, neuf conseils ruraux et 76 imadas.

Délégation Population en 2004
(habitants)
Belkhir 15 159
El Guettar 19 942
El Ksar 32 186
Gafsa Nord 9 407
Gafsa Sud 90 742
Mdhila 14 841
Métlaoui 38 938
Moularès 31 733
Redeyef 27 940
Sened 34 524
Sidi Aïch 8 297
Sources : Institut national de la statistique2
Gafsa
TN-06.svg
Administration
Pays Drapeau de Tunisie Tunisie
Date de création 1956
Délégations Belkhir
El Guettar
El Ksar
Gafsa Nord
Gafsa Sud
Mdhila
Métlaoui
Moularès
Redeyef
Sened
Sidi Aïch
Gouverneur Brahim Hamdaoui (2012)
Économie
Activités économiques agriculture et industrie minière
Démographie
Population 341 600 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Superficie 8 990 km2

 

Historique de la ville de gafsa

14 mars, 2013

Capsa, le nom antique de la ville de Gafsa, a donné son nom à la culture épipaléolithique capsienne. Des ossements et des traces d’activité humaine remontant à plus de 15 000 ans ont été découverts dans cette région. Outre la fabrication d’outils en pierre et en silex, les Capsiens produisaient, à partir d’ossements, divers outils dont des aiguilles pour coudre des vêtements à partir de peaux d’animaux. Au XIIe siècle av. J.-C. selon la tradition littéraire, les Phéniciens fondent Utique. Pendant l’Antiquité, les Romains occupent Capsa au IIe siècle av. J.-C.. La ville se développe alors au point de devenir une municipe puis une colonie. En 540, les Byzantins la protègent d’un rempart et la rebaptisent Justiniana. Oqba Ibn Nafi Al Fihri prend la ville en 688 mais rencontre une résistance farouche car les Berbères refusent longtemps de se convertir à l’islam. Au XIIe siècle, on parle encore latin à Gafsa.

Gafsa devient le lieu de cantonnement de compagnies disciplinaires de l’armée française. Ainsi, les mutins du 17e régiment d’infanterie de ligne y furent envoyés3.

Durant la Seconde Guerre mondiale, en 1942 et 1943, la cité subit plusieurs bombardements allemands et une partie de la kasbah est détruite. Gafsa est le théâtre d’une bataille historique, opposant la 10e division de panzers et les forces alliées, connue sous le nom de bataille d’El Guettar.

Le 13 février 1952, le khalifa (préfet) de Gafsa, Sliman Ben Hamouda, est abattu d’un coup de pistolet4.

En 1980, la ville est prise d’assaut par un commando venu de Libye, ce qui sera connu plus tard comme les événements de Gafsa.

Durant le premier semestre 2008, les grèves de Gafsa mobilisent une grande partie de la population, durement frappée par le chômage et la pauvreté, appelant au respect de la justice sociale et de la dignité. Elles secouent tout le gouvernorat, avec de nombreuses morts, des arrestations ou des actes de torture liées à la répression du régime de Zine el-Abidine Ben Ali. La région est au cœur de la révolution de 2011, tout comme celles de Sidi Bouzid et Kasserine.

22
11
Piscine romaine de Gafsa

Bonjour tout le monde !

14 mars, 2013

Bienvenue dans unblog.fr. Ceci est votre premier article. Modifiez-le ou supprimez-le, puis lancez-vous !